Jérôme Bosch, le diable aux ailes d’ange