Tahar Cheriaa, à l’ombre du baobab